< Retour à la liste des fiches

Fiche de résumé-synthèse :
La morale sexuelle « civilisée » et la maladie nerveuse
des temps modernes
(1908)

 

Extrait :

Freud emprunte à V. Ehrenfels la distinction entre la morale sexuelle « naturelle », qui « permet à une souche humaine de conserver de façon durable une bonne santé et son aptitude à vivre », et la morale sexuelle « civilisée », qui « stimule un travail intellectuel intense et productif » (p.28). Selon lui, c’est cette morale sexuelle civilisée qui est la cause de la maladie nerveuse moderne et de son accroissement, car cette morale réprime de façon nocive la vie sexuelle : « notre civilisation est construite sur la répression des pulsions » (p.33). En effet, les affections que Freud a baptisées « psychonévroses » (hystérie, névrose obsessionnelle) ont toujours leur source dans le refoulement de représentations sexuelles. Les symptômes des psychonévroses agissent alors comme un substitut de satisfaction sexuelle car les besoins sexuels sont insatisfaits, et refoulés.
L’utilisation de la pulsion sexuelle pour d’autres buts que la sexualité, selon le processus de la sublimation, est le but de la morale sexuelle civilisée. Il s’agit de mettre au service de la civilisation les forces naturelles de l’homme. Freud en effet remarque que l’homme est l’animal chez lequel la pulsion sexuelle est la plus puissante et la plus constante, ayant totalement triomphé de la périodicité. Elle représente un réservoir colossal d’énergie.

Nombre de pages : 4

Prix : 1,96 €


© Bertrand Duccini, 2010 - contact@bibliopsy.org